jeudi 5 mai 2016

Quand la nuit devient jour de Sophie Jomain






Contemporain
2016
Pygmalion
238 pages




RÉSUMÉ :
 On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.
La dépression.
Ma faiblesse.
Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.
J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois.
Le 6 avril 2016.
Par euthanasie volontaire assistée.
MON AVIS : 

Une claque, voilà ce qu'est ce livre et voilà la sensation que j'ai ressenti, j'ai pris une méchante claque dans la tête. 
Tout d'abord, dans le fait que je prétends ne pas avoir de préjugés et au final si, parce que je n'ai pas compris Camille au début et me suis fait les mêmes réflexions que sa famille, ses proches, ou même le monde médical et je me suis rendue compte de mon intolérance et je me suis déçue.
Je me suis dis que cette lecture aller me changer, et oui, pour mon plus grand bonheur, au fur et à mesure des pages, je me suis mise à la place de Camille, j'ai essayé de m'imaginer ce qu'elle pouvait ressentir, comment elle pouvait se voir, comment elle voyait le monde et j'ai compris et je n'ai plus eu la même façon de penser. J'ai appris à accepter sa décision et ce geste sans retour. 
Camille nous parle de sa vie, sur la 1ère partie du livre, de ce par quoi elle passe, et je me suis dit mais mon dieu comment peut-on arriver à supporter ça et bien on ne le supporte pas, on le subit, rien ne dépend de cette jeune femme, elle ne contrôle rien, la seule chose qu'elle peut contrôler c'est le jour de sa mort. 
Dans la 2eme partie du livre, nous la suivons dans le centre qui l'accueille avant sa mort et là nous faisons la connaissance de personnes profondément humaines, qui ne se forcent pas à être gentils, qui bien qu'ils ne comprennent pas ce geste, l'acceptent et font tout pour rendre les derniers jours de Camille les plus sereins possible. 
Nous rencontrons le Dr Peteers qui soit dit en passant, si j'avais eu un psychiatre comme ça, je crois que je serais complètement tombée sous le charme de cet homme, autant pour son physique d'Apollon que sa façon d'être, serait-il l'homme parfait, personnellement je le crois. 
Sophie Jomain avait des appréhensions face à l'avis de ses lecteurs et bien en tout cas avec moi, elle a réussi son objectif, elle m'a subjugué.
J'ai frissonné de terreur mais aussi de joie, j'ai pleuré et eu la boule dans la gorge plus d'une fois, j'ai ri aussi et oui parce qu'avec l'écriture de Sophie Jomain, ce qu'il y a de magique c'est que même dans les situations les plus dramatiques, elle arrive à y mettre de petites touches d'humour qui font que le livre n'est pas mélo.
Elle aborde des sujets vraiment durs, boulimie, anorexie, auto-mutilation, dépression mais sans non plus s'appesantir, nous suivons juste la vie de Camille, elle les aborde de manière magistrale et qui nous aide à comprendre ses personnes en souffrance. 
Vous l'aurez compris, c'est un gros gros coup de cœur, le meilleur livre de Sophie Jomain à ce jour et pourtant, qu'est ce que je peux aimer les autres mais celui-là les surpasse et de loin et dire que j'avais quelques doutes avant de le commencer en sachant le sujet, je ne regrette pas de m'être plongée à corps perdus dans ce livre. 
Lisez le d'urgence c'est le seul conseil que je peux vous donner.

Aude

3 commentaires:

  1. Ahhhh, toi aussi, tu t'es pris une claque !!!!! Moi, aussi !!!!!

    RépondreSupprimer
  2. pas un coup de cœur pour moi, mais j'ai beaucoup aimé quand même! ce livre m'a "dérangée", peut être parce que je ne comprends pas la décision de Camille, comme ses parents... je ne comprends pas qu'on puisse en arriver là...
    ce livre m'a prise aux tripes, j'ai ressenti sa douleur, ses difficultés et puis Marc qui arrive et enfin, un lueur au bout du tunnel... enfin des sourires pour Camille...
    une fin "open" avec laquelle j'ai du mal, mais mon côté optimiste a pris le dessus :)

    RépondreSupprimer